Loading...
Lachenaie > Saint-Jérôme2019-11-05T21:55:30+00:00

Lachenaie > Saint-Jérôme

Facile
Vitesse moyenne 25 km/h — 2 ravitos

La première journée débute tout près du pays de Céline Dion, puisque le départ se fait de Lachenais, juste de l’autre côté de l’échangeur qui sépare cette ville de Charlemagne, lieu de naissance de la célèbre chanteuse. Le trajet se divise en trois parties assez distinctes. La première partie se compose d’une lente montée vers Sainte-Anne-des-Plaines, une petite ville agricole. Ensuite, nous retournons en milieu urbain avec la traversée de Sainte-Thérèse, un petit crochet vers Saint-Eustache et un passage derrère l’aéroport de Mirabel. À partir de là, le trajet se veut un peu plus montagneux mais demeure néanmoins assez facile, avec une montée vers notre point d’arrivée, Saint-Jérôme. Durant les 6 derniers kilomètres, on grimpe tout doucement, avec une pente moyenne de 1,3%.

Difficile
Vitesse moyenne 27 km/h — 3 ravitos

La première journée débute tout près du pays de Céline Dion, puisque le départ se fait de Lachenais, juste de l’autre côté de l’échangeur qui sépare cette ville de Charlemagne, lieu de naissance de la célèbre chanteuse. Le trajet se divise en cinq parties distinctes. La première partie se compose d’une lente montée vers Sainte-Anne-des-Plaines, une petite ville agricole. Ensuite, nous retournons en milieu urbain avec la traversée de Sainte-Thérèse, un petit crochet vers Saint-Eustache et un passage derrère l’aéroport de Mirabel. À partir de là, ça se corse… La suite du trajet se veut très montagneuse, avec de multiples vallons. Le quatrième segment est une longue montée presque continue vers Mille-Iles, une ascension totale de 20 km avec une pente moyenne de 1,7% et plusieurs buttes de plus de 6%. Le décor est magnifique, prenez le temps de l’observer. Par contre, soyez bien préparés, ça grimpe longtemps! La cinquième partie partie se compose de multiples vallons mais dans un profil généralement descendant, avec un passage par Saint-Sauveur. N’apportez pas vos skis, on n’aura pas le temps…